mardi 28 mars 2017

Témoignage du prisonnier politique Abdallahi Lakhfaouni

D'après le compte-rendu de l’Équipe Média Sahara
   Selon le correspondant de Équipe Media, qui se trouve en direct de la salle du tribunal de Salé, royaume du Maroc. Le prisonnier politique Abdallahi Lakhfaouni crie :"vive la lutte du peuple sahraoui"et remercie le mouvement de solidarité qu'il y a dans le monde en soutien aux prisonniers politiques de gdim gdiem, et  au peuple sahraoui, contre l'oppression qu'il vit depuis 1975. Il salue également la défense et les observateurs internationaux présents et fait parvenir ses salutations à tous les sahraouis qui sont venus les soutenir.
L'accusé a poursuivi, condamnant les crimes commis par l'occupant marocain dans le camp de gdim gdiem et a montré sa solidarité avec les victimes des deux peuples, aussi bien le peuple marocain que le peuple sahraoui. Je précise que la cour de cassation, leur interdisait de se défendre et que ce procès viole le droit des prisonniers politiques, parce qu'ils ont été arrêtés à Laayoune, et ils doivent être jugés là-bas.
L'attaque du camp a eu lieu en même temps que se faisaient  la série de négociations entre le Front Polisario et le royaume du Maroc.
Abdallahi a subi des tortures sauvages pendant cinq jours après son arrestation. Le jour du démantèlement il était endormi et réveillé quand l'attaque du camp fut déclenchée par l'occupant marocain ; il a  vu à ce moment que des femmes et des enfants s'évanouirent. À ce moment-là, l'accusé demanda au juge " Comment, si ce n'est de la propagande marocaine..... comment pouvez-vous sortir rapidement les gens du lieu, s'il y avait 30.000 personnes. Comme vous pouvez sortir cette quantité de gens tous en même temps ? "Après les tortures, il a demandé des soins médicaux.  Il assure que les procès-verbaux sont manipulés par l’État marocain, qu'il a été obligé de signer sous la torture et les menaces. " Le Maroc est responsable des meurtres. Lors de mon arrestation, j'ai été jeté depuis le premier étage de la maison où j'ai été arrêté ". Lakhfaouni, ajoute en outre une salutation au peuple marocain,  " nous sommes unis par  la langue arabe, la culture et l'Islam, mais le régime marocain a choisi d'envahir le Sahara Occidental et d'opprimer." Il a nié les accusations, l’État marocain n'a pu montrer aucune preuve contre les accusés. Il a fait savoir qu'il est allé au camp le 10 octobre, pour fuir l'oppression et la marginalisation qu'ils vivent au quotidien. C'était un camp très organisé, civilisé qui a montré l'union du peuple sahraoui. Mais le 8 novembre 2010, est venue l'attaque violente de l'armée d'occupation marocaine. "L' État marocain, selon notre avis essaie de cacher les crimes envers les deux peuples et la manipulation de l' opinion publique, pour gagner des points dans la politique, en plus de la violations des droits des deux peuples". Au final je déclare : "vive le Front Polisario, vive la République Sahraouie et vive le peuple sahraoui".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire