jeudi 30 mars 2017

Témoignage de Cheik Banga simplement de passage au camp

 (extraits)

 Cheikh Banga a condamné la campagne médiatique qui dépeint le groupe en tant que criminels.

Banga a expliqué comment il a été agressé dans la tente de sa tante le 8 novembre par des hommes masqués. C'était sa  première visite au camp, le 7 novembre, quand il a apporté des affaires à sa tante.

Les hommes masqués l'ont emmené à la gendarmerie où il a été torturé pendant quatre jours, avant de le présenter à un juge. Il a perdu conscience à plusieurs reprises. Il a déclaré qu'il n'a jamais été interrogé sur gdeim izik, et que la raison de son enlèvement était son opinion politique.


Il a expliqué que le camp était le déplacement du peuple sahraoui. les déplacements sont lorsque les gens quittent la répression, dans un endroit où ils peuvent trouver la paix.



Il a expliqué comment à 16 ans, il avait été arrêté pour ses convictions, et criminalisé par l'occupant. Il a déclaré qu'il avait ressenti le chagrin pour les victimes, et qu'il voulait qu'on trouve la vérité ; mais qu'il avait aussi ressenti le chagrin pour sa famille, sa mère et sa sœur qui souffre, parce qu'il est jeté en prison.

" Nous sommes des êtres humains. On a des sentiments. Je pourrais oublier la torture, mais je n'oublie jamais les larmes sur la joue de ma mère quand elle a été arrêtée de me rendre visite.

Lorsqu'ils m'ont demandé pourquoi je n'ai pas déclaré au juge que nous étions torturés, comme indiqué dans le rapport, j'ai répondu : ce qui est écrit ici n'est pas la vérité. Quand il m'a parlé de la torture, je lui ai demandé qui était responsable de la torture ;  le juge m'a répondu que ce n'étaient pas mes affaires."


http://vest-sahara.no/a113x2563
·

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire