mercredi 29 mars 2017

Procès Gdeim Izik : Témoignage de Hassan Dah, arrêté avant le démantèlement

La cour a commencé par interroger Hassan Dah. Il a déclaré qu'en sa qualité de Sahraoui, dont la culture repose sur des valeurs et des normes éthiques, et en tant que militant des droits de l'homme, il a condamné tous les actes commis. "Ils violent le droit à la vie", a-t-il déclaré. Il a adressé ses condoléances aux familles marocaines, mais aussi aux familles sahraouies qui ont perdu leurs êtres chers tués par les forces militaires marocaines lors de l'attaque du camp.
 Hassan a déclaré qu'il avait été enlevé, torturé et emprisonné en raison de son militantisme politique et de ses opinions politiques concernant le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui, et le droit de bénéficier des ressources naturelles. Hassan a déclaré que ce tribunal n'était pas légitime, mais il a été brusquement interrompu. 
Il a essayé de recommencer sa déclaration, mais a été de nouveau arrêté. Le procureur se leva, frappa avec le micro et cria contre l'accusé. Le juge a déclaré que Hassan ne colle pas au sujet et malgré de nombreux avertissements a refusé de répondre à ses questions. La défense a tenté de demander que l'accusé ait le droit de se défendre de la manière qu'il considère comme la meilleure, mais qu'il a été constamment arrêté. La partie civile a répondu que l'accusé a fondé ses arguments sur le droit international humanitaire  qui n'avait rien à voir avec un palais de justice marocain. 

Quand Hassan reprit la parole, il  déclara :"La partie civile vient de mentionner le droit international humanitaire. La quatrième Convention de Genève est donc censée être appliquée. Elle est applicable dans les cas où le procès a lieu dans une région qui est sous occupation militaire. Le Sahara occidental est occupé par les forces militaires du Maroc ". Le ministère public a sauté sur ses pieds et a crié, laissant la défense demander cinq minutes pour parler à leur client.
Après la pause, Hassan a recommencé son témoignage en expliquant que Gdeim Izik était un camp de protestation pacifique, qui a été le premier du printemps arabe, et que le camp lui-même a prouvé que les Sahraouis ne veulent pas vivre sous l'occupation du Maroc.
Hassan a déclaré : Malheureusement, et comme le montrent les médias, le gouvernement marocain a décidé d'attaquer la population du camp pendant qu'ils dormaient. Cette attaque a révélé le vrai visage du régime marocain ".
Encore une fois, le Procureur s'est levé et a crié contre l'accusé. Lorsqu'on a demandé à Hassan où il a été arrêté, il a déclaré qu'il n'avait pas été arrêté, il a été enlevé dans un café par des hommes masqués . Il raconte comment lui, Thalil et El Bachir, ont été transportés dans un endroit inconnu et torturés "de toutes les manières possibles", et qu'ils ont été, cinq jours plus tard, remis aux gendarmeries. Il a déclaré : «Nous sommes habitués à cela par l'occupation. Nous avons subi la torture depuis 1975. "
Il a raconté comment a eu lieu l'interrogatoire et pendant la torture, on lui a seulement posé des questions concernant un voyage en Algérie en septembre 2010, où il a assisté à une conférence internationale sur le droit à l'autodétermination, son militantisme et sa relation avec le Front Polisario. Il a raconté comment ils l'ont forcé à signer, des rapports déjà écrits, et a déclaré qu'ils ont été falsifiés. Il a dit qu'après avoir rencontré le juge d'instruction «d'une manière terrible, que Dieu lui pardonne», il les ont renvoyés en prison.
«Dans la prison, nous avons été laissés nus, on nous a aspergés avec de l'eau froide en plein hiver. On nous a battus et on nous a donné des coups de pied, on nous a filmés et photographiés sous la surveillance du directeur de la prison.
Hassan a insisté qu'il n'était pas présent pendant l'attaque sur le camp. Les forces militaires qui entouraient le camp, que Hassan a déclaré être un «siège», avaient empêché une caravane d'entrer dans le camp avec des médicaments. Hassan a déclaré qu'il était allé avec la caravane pour observer la violation des droits de l'homme, et il a été arrêté par la police sur son chemin du retour.
 Hassan a déclaré que les procès-verbaux falsifiés ne pouvaient pas être utilisés contre lui, que la preuve était illégale, et il a insisté pour que les rapports des examens  médicaux soient révélés. Hassan a refusé de répondre aux questions soulevées par la partie civile, puisque la partie civile n'a pas encore un statut partiel et n'a donc pas la capacité de poser des questions.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire