vendredi 31 mars 2017

Mohamed Embarch Lefkir raconte les séances de torture pendant le procès de Gdeim Izik

 22/3/2017
Le jour 10, Hassan Dah, Abdallahi Lakfawni et Mohamed Embarch Lefkir, ont témoigné devant le tribunal. Interruptions et questions humiliantes étaient fréquentes et les témoignages prouvent la violation de la Convention contre la torture, selon un observateur international.

 Mohamed Embarch Lefkir a déclaré que  Gdeim Izik était un camp de protestation contre la marginalisation du peuple sahraoui. Il avait rejoint le camp la première semaine avec sa famille et a déclaré, face aux cris du parquet : «Je condamne la politique de la faim que l'occupant marocain dirige et la politique des entreprises étrangères qui soutiennent les forces marocaines d'occupation».

Lors des premières heures de l'attaque, il était tombé en raison des gaz lacrymogènes, et transporté par sa famille pendant 4 kilomètres et il a ensuite parcouru les 8 kilomètres restants jusqu'à sa maison d'El Aaiun. Interrogé sur les rapports, Lefkir déclare qu'il nie tout en eux. Des hommes masqués l'ont enlevé et agressé  dans la maison de son oncle. Il a  été battu devant sa famille et ses voisins, ils l'ont emmené vers un endroit inconnu, l'ont pendu au plafond par son pied et sa main (c'est-à-dire connue à la méthode du poulet), et lui ont donné un coup de pied et l'ont battu. Ils ont mis un chiffon dans sa bouche et versé l'eau des toilettes dans sa bouche; ils l'ont brûlé avec des cigarettes, ont versé de l'urine sur lui; pris  ses ongles avec une tondeuse, l'électrisant et le menaçant de viol. Il a dit que pendant la torture, il n'a été questionné que sur sa position politique de sa relation avec le Front Polisario. La torture a duré trois jours, pendant lesquels il a été envoyé devant le juge d'instruction, et torturé en face de lui. Ils l'ont envoyé à la prison, où les tortures ont recommencé, et il a été encore pendu dans la position de poulet.

 Lefkir a déclaré : «Nous condamnons le silence des Nations Unies et exigeons notre libération immédiate». Le juge lui demanda pourquoi il avait signé les déclarations.Il a déclaré que les gardiens, avec le juge présent, lui ont déclaré : «Si vous ne signez pas, je vous renverrai, et vous serez torturé plus et pire que ce que vous avez déjà enduré».
Il a expliqué comment il avait nié toutes les charges au juge, et lui a expliqué qu'il a été arrêté en raison de son activisme. Il termine ses déclarations en commentant les examens médicaux ordonnés par le tribunal. Il a dit qu'il ne faisait pas confiance aux examens médicaux. Il a précisé qu'au cours de son interrogatoire, le prétendu médecin a commencé à discuter avec lui du droit à l'autodétermination des populations du Sahara occidental, lui disant qu'il serait «plus sûr» pour lui de s'accorder avec l’État marocain. Cette femme était-elle médecin ou policière ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire